Les châteaux et les musées du Puy de Dôme

musées du Puy de Dôme

L’Auvergne est la deuxième région qui a le plus de châteaux après l’Île de France. En effet, pendant l’époque féodale, des sires, des vicomtes, des seigneurs et des barons ont fait construire de nombreux édifices dans la région. Ces derniers ont subi des attaques et des assauts, des guerres de religion et aussi de la Révolution. À la Renaissance, certains châteaux sont devenus des propriétés de la classe bourgeoise. Tandis que d’autres gardèrent leurs fonctions, comme le cas du Château de Pesteils. Les châteaux avec leurs parcs et jardins, font de l’Auvergne une région spécifique presque atypique. Mais en plus de cela, elle a également plusieurs musées à découvrir. Des musées originaux et riches les uns que les autres. Voici quelques monuments historiques du Puy de Dôme.

Une ville et des monuments

L’Auvergne est un territoire couvert de châteaux et de musées. De différentes périodes architecturales sont représentées par des monuments qui gardent ainsi les traces de l’histoire. Les château du Puy de Dôme retracent l’histoire des chevaliers de l’époque médiévale et des rois de la renaissance. En effet, la présence de ces monuments historiques transmet une partie de l’histoire de France. Une histoire que la majorité des gens ont apprise à l’école et remise en place par la présence de ces édifices. Les châteaux d’Auvergne ne sont pas qu’impressionnants au niveau de l’architecture, leurs parcs sont tout autant splendides. En effet, les châteaux et leurs jardins constituent des joyaux jalousement gardés. À part les châteaux, Puy de Dôme a également plusieurs musées à son effectif. Des galeries qui protègent des œuvres exceptionnelles et des collections remarquables. L’existence de ces édifices fait de la région une gardienne incontestable de l’histoire. Les visites de ces Château du puy de Dôme sont soumises au protocole des mesures sanitaires actuelles. Les château d’Auvergne ne sont plus à présenter. Toutefois, ces quelques exemples justifieront l’intérêt et la richesse que possède la région.

Les Châteaux de Randan et de Parentignat

Construit pour la princesse Adélaïde de 1821 à 1825, le Domaine Royal de Randan est un édifice en briques polychromes. Le Domaine possède un parc et des jardins qui figurent parmi les plus impressionnantes créations en matière de paysage. Mais le château a été victime d’un incendie en 1925 et ses ruines lui donnent une silhouette particulière. Sa visite commence par la traversée de platanes qui conduit à la façade centrale. Les cuisines, composées de huit salles voûtées et la chapelle, de style néo-classique, sont localisées du côté sud du château. Cette dernière préserve son intérieur qui date de 1831. Tandis que du côté sud, les jardins offrent une magnifique vue sur le paysage des montagnes et de la plaine de la Limagne. D’autres constructions comme l’orangerie et les serres complètent le tableau. Son parc est constitué de parties boisées et de prairies et contient un large effectif de bassins artificiels. Et ses jardins résultent des influences française, italienne et anglaise. Il y a également le château de Parentignat. Il a été baptisé Le petit Versailles par Henri Pourrat. C’est un autre incontournable pour une découverte optimale de l’Auvergne. Epargné par la Révolution, il préserve actuellement une importante collection privée des œuvres des plus grands maîtres français. Mais les peintures ne sont pas les seuls trésors que ce château a sauvegardés. En effet, sa bibliothèque contient près de 20 000 volumes reliés. Et son parc à l’anglaise est tapi de splendides arbres.

Les Châteaux d’Effiat et d’Avrilly

Cet édifice est particulier pour la région. Appartenant à Antoine Coëffier de Ruzé d’Effiat, il était construit pour un tout autre destin. En effet, le projet du propriétaire pour Effiat était de créer une ville comprenant des réseaux de communication, des encadrements religieux et militaires et d’autres éléments qui constituent une ville. Il fit donc appel aux fameux architectes Jacques Lemercier et Clément Métezeau ainsi qu’au jardinier du roi lui-même, André Mollet pour concrétiser son projet : la construction d’une ville géométrique. Et bien que le collège de l’oratoire, l’hôpital ou encore l’église furent construites, le projet est abandonné à la mort de son propriétaire. Le château d’Effiat est bâti en plein milieu d’un cadre rectangulaire délimité par des douves. Un pont-levis et une grande porte en pierre mènent à la cour d’honneur. Les ailes de prolongement ont disparu et font place à un corps de logis de style classique et bordé par deux pavillons proéminents. Son splendide jardin est inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables. Situé dans la commune de Billy, le château d’Avrilly est une ancienne forteresse militaire. Egalement appelé le château aux deux visages, il doit son nom au fait qu’il possède deux façades de différentes époques. Celle de l’Est date du XVe siècle tandis que la façade Ouest du XX e siècle. Il faisait partie du patrimoine des Bourbons pendant plusieurs siècles. La révolution a amené son abandon.

Le Musée Sahut et le Musée de Coutellerie

Le musée Sahut est localisé au Château de Boisredon. C’est une marque de générosité du peintre Marcel Sahut. En effet, cet artiste peintre, dessinateur, mais aussi collectionneur, a fait donation une importante partie de son œuvre et de ses avoirs à la ville de Volvic. Le musée expose différentes productions de Sahut, tels que des portraits, des paysages et des natures mortes. Et parmi ses acquisitions, on peut citer les œuvres d’Emile Bernard, de Jacqueline Marvel mais aussi de Willy Eisenschitz ou encore François-Auguste Ravier. En outre, le musée affiche également des œuvres de Rodin, de Gustave Doré, de Milet et bien d’autres encore. Ses connaissances en art permirent à Marcel Sahut la constitution d’une très belle collection d’objets d’Extrême-Orient, d’estampes japonaises et des noix de coco façonnées par les bagnards de Cayenne est aussi visible au musée à Volvic. Le musée municipal situé à Thiers est également digne d’intérêt. Effectivement, le musée de la Coutellerie a dans ses gardes une partie des collections de l’ancien musée de Barante. Sept siècles de coutellerie sont conservés et valorisés dans ce musée. En réalité, il met en évidence le patrimoine matériel, les objets et les gestes de cet art si particulier. Il a été le quatrième musée le plus visité de la région en 2016.

Des musées à Riom

L’Hôtel Dufraisse du Cheix abrite le musée Mandet, au cœur de Riom depuis 1866. En 1983, le musée fut agrandi par l’inauguration de vingt salles additionnelles. Il présente des collections de beaux-arts, une centaine de pièces d’orfèvrerie uniques, d’arts décoratifs, de céramique et de verreries contemporaines et accueille fréquemment des expositions temporaires. Le musée Francisque Mandet renferme environ six mille pièces de l’Antiquité au XXIe siècle. Parmi ses artistes phares, on peut citer, entre autres, Auguste Rodin, J. Backer, Jean Raoux, Durameau, Parrocel. En outre, il présente une des rares œuvres peintes de l’Antiquité. En effet, le portrait funéraire du IIe – IIIe après JC découvert dans la région d’Egypte est un bien exceptionnel du musée. Un musée à ne pas manquer également, est le Musée régional d’Auvergne. Cet autre musée à Riom est consacré surtout à l’ethnologie et à l’ethnographie de l’Auvergne et de ses habitants. Cependant, il offre aussi des expositions sur d’autres civilisations et d’autres ethnies. Il est abrité dans un hôtel particulier classé Monument historique en 1928. Le musée présente plus de quatre mille objets archéologiques des auvergnats avant et pendant l’époque contemporaine. Plusieurs thématiques y sont traitées telles que l’agriculture, l’artisanat, mais également des objets artistiques.